• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Une sœur chanceuse

Une sœur chanceuse - Patricia Anderson

Ma sœur avait été coiffeuse pendant des années, dans un salon de coiffure qui appartenait à une de ses amies. Elle se disputait un jour avec elle, et se retrouva au chômage technique. Elle essaya de créer son propre salon, lorsqu’elle reçut une proposition d’un centre d’esthétique, qui lui demandait de faire des coupes à leurs clients. Je ne trouvais pas ça idiot, étant donné que très souvent, les personnes en ressortent décoiffées selon ce qu’elles avaient subi comme soins esthétiques. Ainsi, durant la semaine, elle devait s’installer dans un coin du centre d’esthétique, et avait besoin d’un coup de main pour l’installation du lavabo,  des meubles, et des fauteuils.

Je la rejoignais le jour de son installation dans son centre d’esthétique tout neuf. Il y avait déjà pas mal de clientes dans la salle d’attente. Il est vrai que l’idée que l’on a d’un centre d’esthétique, est encore celui où l’on va se faire épiler, et faire quelques gommages de la peau, ou encore, quelques massages. Aujourd’hui, les injections ont pris le pas. La plupart des personnes qui étaient en salle d’attente, étaient particulièrement venues pour essayer ces nouveaux remèdes que l’on se fait administrer par injection. Je prenais un de leurs pamphlets pour lire ce qu’il y avait dessus. Il y avait marqué en gros. Le meilleur centre d’injections de botox Montréal, vous fait une remise pour son ouverture de 50 %. J’en avais déjà entendu parler, mais je ne savais réellement ce que c’était.

Quelques jours plus tard, j’allais rendre visite à ma sœur pour voir où elle en était avec son nouveau salon. Elle était débordée et faisait son possible pour satisfaire le plus grand nombre de clientes, et ainsi espérer garder son contrat avec le centre d’esthétique. Je me surpris à m’approcher de son visage pour la regarder de plus près. Elle avait cédé. Elle s’était fait faire des injections de Botox. Le centre d’esthétique lui avait soumis, qu’étant donné qu’elle faisait partie des employées, il était important pour eux qu’elle donne l’exemple pour inciter les clients à essayer quelques produits. Elle me rassura tout de suite, en me disant qu’elle en était tout à fait satisfaite, et qu’il ne lui serait utile de n’en faire que deux fois par année, pour que cela tienne sur son visage. De plus, le centre d’esthétique lui offrait les injections, ce qui lui donnait toutes les raisons du monde de continuer. Je ne savais quoi lui dire, si ce n’était que si elle était heureuse ainsi, je l’étais aussi pour elle.

À propos de l’auteur :

author

Design d’intérieur, « homestaging » ça vous dit quelque chose? Ce sont ici des passions que j’adore. Mes temps libre, c’est à la fois pour rédiger ces billets de blogue et pour passer du temps à décorer des espaces pour des ventes de maison. Car en plus de ces deux passions, je suis aussi et surtout propriétaire d’une boutique. Oui, je suis une femme bien occupée! Bienvenue sur mon blogue et dans ma vie à 100 mille à l’heure!